mercredi 28 mai 2014

Se préparer à écrire


L'élève est capable d'écrire en écriture cursive son prénom ainsi que, sous la conduite de l'enseignant, des mots simples dont les correspondances en lettres et sons ont été étudiées.

       Voici ma contribution pour le travail sur le geste de l'écriture. Ce travail est à mettre en liaison avec les articles présentant la préparation à la lecture (se préparer à lire, les phonèmes, les syllabes). Les compétences d'écriture seront d'autant plus intégrées que l'élève associera les lettres qu'il écrit à un son.




Le rituel du matin


       En arrivant dans la classe, l'élève va mettre son étiquette sur le tableau. Au début de l'année, nous travaillons la lecture avec la reconnaissance de son prénom. Mais à partir de la 3ème période, nous faisons nos étiquettes tous les matins :

  • Tout d'abord sans consigne. On observe alors qui sait écrire son prénom, mais également qui essaye déjà d'écrire en cursive.
  • Ensuite, je propose (puis j'exige) de l'écrire en attaché. Il est intéressant ici de conserver quelques productions que l'on date afin de les comparer au fil des semaines.




Motricité fine

Entraînement à la tenue de ... l'outil scripteur (oui je l'ai dit) :

  • En atelier ou renforcement sur le temps d'accueil, les élèves attrapent des grains de poivre avec une pince à épiler. Le pouce et l'index pincent l'outil tandis que le majeur soutien la tenue. Les élèves qui ont une mauvaise tenue ou qui forcent un peu trop (manque de finesse) auront du mal à manier les grains.
  • Pour les élèves manquant de finesse, il est également possible de les faire écrire au stylo bille sur des planches de polystyrène. S'ils forcent trop, ils feront un trou.
  • Le travail sur les pinces à linge (correspondances de lettre ... ) permettra également de renforcer le geste de la pince.



Les affichages


       Tout support visuel permet à l'élève de se familiariser avec le mouvement de chaque lettre. Il lui permet également de faire les correspondances entre leurs différentes graphies.



Sous-mains :
       Voici les sous-mains que j'utilise (à imprimer en A3). Les élèves les moins à l'aise les utilisent pour écrire leur prénom le matin ou pour tout exercice nécessitant l'écriture. Un sous-main est plus pratique qu'un affichage de classe : l'effort visuel est plus rapide.

Télécharger


Les cannes :
Parce qu'il faut que les lettres aient une canne pour s'attacher et former un mot. Voici deux affiches qui montrent comment deux lettres deviennent amies :

Télécharger



Par où débuter ?
Plusieurs élèves débutent les majuscules et les chiffres par le bas (en montant) : 1, N, M, ... De ma trousse à outil, voici ce que j'ai ressorti. On commence par la tête pour les majuscules et les chiffres, et non par les pieds. Alors évidemment, les minuscules cursives ne répondent pas toutes à cette règle puisqu'on ne commence pas par les pieds pour les lettres rondes (oadgqc), et on descend pour i et t. Mais c'est essentiellement pour ne pas se tromper sur les chiffres et les majuscules.


Télécharger



Le geste de l'écriture

Il existe plusieurs outils pour travailler le geste de l'écriture avant de prendre un stylo en main, en passant simplement son doigt sur le chemin de la lettre :

Lettres rugueuses
Le revêtement des lettres est similaire à du papier de verre. Cela existe pour toutes les formes d'écriture, lettres et chiffres.




Carnet modèle



Bac de semoule/farine
Avec l'enseignant, en suivant sa trace ou ses consignes. Ou en combinaison avec un carnet.



Attacher les lettres ...


1. Pourquoi attacher les lettres ?

Parce qu'on écrit plus vite en cursives qu'en script. Il n'est pas inutile d'expliquer aux élèves pourquoi il existe tant de modes d'écriture.

  • Ecrire libellule en script sur une grande affiche : changer de couleur à chaque fois qu'on lève le feutre.
  • Ecrire ensuite libellule en cursive : non seulement l'écriture est plus fluide, mais on s'aperçoit aisément qu'on lève moins souvent le feutre (pour le début du i).
  • Proposer un nouvel exemple. 
  • Mettre en opposition deux élèves si certains sont déjà capables d'écrire en cursives : l'un en script, l'autre en attaché. Ou le faire avec l'ATSEM. Voir qui termine en premier. 
  • Expliquer que c'est donc moins fatigant d'écrire en cursive.



2. Attacher les lettres entre elles

1ère étape
Trouver les étiquettes lettres de son prénom. Il existe des lettres toutes prêtes, aimantées (que j'utilise un peu plus tôt dans les apprentissages de la lecture), mais elles présentent déjà les liens qui permettent d'attacher les lettres entre elles. Or, c'est bien ce que l'on cherche à apprendre ici : créer le lien entre les lettres "attachées" pour qu'elles soient effectivement attachées entre elles.

2ème étape
Créer le lien entre les lettres cursives. Les élèves doivent ainsi trouver les points d'attache.



Ci-dessous, j'ai omis de couper le lien du i. Le "i" se débute en haut. On descend en faisant une canne à l'envers. J'ai donc donné le lien et le point d'attache du "i" et j'incite ainsi les élèves à tracer la lettre sans lever le stylo pour débuter d'en haut. Oups ! Correction faite.


       Au commencement, "attacher" les lettres entre elles n'est pas si évident. Les élèves peuvent lier les étiquettes. Ils prennent petit à petit conscience qu'il faut trouver des points d'attache sur les lettres
        Pour cela, on peut leur demander de repasser au feutre sur leur travail. Ils observent ainsi si un chemin entre les deux lettres a bien été fait pour se rendre jusqu'à la seconde.




Liaison entre le h et le y 


Prise de conscience des points de liaison



       A l'issue de ce travail, les élèves peuvent effectuer les liaisons entre les lettres comme le montre la photo suivante. Cette production est pour moi une réussite. L'élève a compris le principe de liaison. Le travail ultérieur sur le cahier d'écriture, avec l'aide de l'enseignant, apportera davantage de fluidité dans les liaisons.



       Une fois ce travail réalisé, nous le photocopions, le mettons sous pochette plastique afin de les mettre à disposition lors du temps d'accueil. Les élèves s'exercent à écrire au feutre velleda les prénoms de la classe.


3. Attacher les lettres aux lignes

       Voici quelques fiches pour travailler la liaison des lettres aux lignes. A travailler d'abord en A4 avec la feuille sous une pochettes plastique et un feutre velleda. Puis utiliser des modèles A5 pour la fiche qui sera réalisée au stylo à bille et collée dans les cahiers.

       Attention ! L'élève doit bien faire tenir nos petits amis sur les bons fils. Un pied ou une main mal cramponnés à son fil, et notre lettre peut tomber et se faire manger par le croco !


       Un exemplaire est proposé avec les modèles à droite de la feuille pour que les gauchers puissent la visualiser sans lever la main. Cela n'est pas un problème pour le sens d'écriture (de gauche à droite). Il suffit de leur préciser pourquoi le modèle a été placé ainsi.

     Un modèle vierge si vous souhaitez travailler d'autres lettres.


Télécharger



Les cahiers d'entraînement

Cahier de graphisme
       Au début de l'année, on utilise un petit cahier avec des pages blanches unies (facile à fabriquer). Au stylo bille, sur une page, l'élève dessine ce qu'il veut (sans colorier). Armé de sa loupe à graphisme, le professeur isole un signe graphique (boucle, pont, créneau, croix, canne...) sur la production de l'élève et lui demande de le reproduire sur la page mitoyenne plusieurs fois. 






Cahier d'écriture
       Dès que l'élève est prêt, on prépare les cahiers d'écriture : d'abord celui avec les lignes les plus écartées : cahier à l'italienne avec double ligne 5mm. Pour les élèves qui en sont capables, le cahier 3mm les attend (non sans créer des envieux).

On travail alors : 
  • des mots simples déjà rencontrés en classe,
  • des lettres isolées, éventuellement décomposées : ponts, canne ... où l'on veille au point d'attaque de la lettre, aux points d'accroche.
  • des enchaînements de deux lettres pour travailler les jonctions entre les deux (entre le i et le e par exemple).
  • des petites phrases.
Un dessin dans la marge pour illustrer ce que l'élève écrit.

Même élève mais avec l'accompagnement du maître pour le premier essai (M dans la marge).


L'utilisation des lignes est également un apprentissage.


 Passage au cahier 3mm avec des phrases pour les plus avancés.


       Les élèves écrivent seuls ou sous l'oeil du PE qui dicte le nom des enchaînements. Mais le plus souvent, pour débuter une nouvelle lettre/enchaînement ou lorsque le roi du graph' connais quelques difficultés, l'enseignant tient sa main pour écrire le mot en duo, en veillant à la tenue du stylo par l'élève et à la souplesse de la prise.


       Durant les dernières semaines, pour les élèves les plus avancés, on leur propose d'écrire ce qu'ils veulent. En plus du soin apporté à leur graphie, ils travaillent l'encodage. Je corrige en-dessous leur production :





1 commentaire: