mercredi 4 mai 2016

Géographie : montagne et fleuve





L'élève est capable de nommer et localiser les grands repères géographiques. Il caractérise des espaces, formule des hypothèses, vérifie, justifie. Il extrait les informations pertinentes d'un document.

En fin d'article : des ateliers qui viennent alimenter les connaissances géographiques des élèves durant leurs périodes autonomes.


Téléchargement


Les programmes 2016 nous disent de partir des lieux proches et connus des élèves pour rentrer dans la géographie. Je préfère malgré tout partir très large, au moins sur quelques séances. Un élève de CE2 ou de CM1 aura beaucoup de mal à comprendre ce qu'est une région s'il ne saisit pas ce qu'est un pays. Il maîtrisera également mieux la notion de pays s'il sait comment celui-ci s'insère dans un continent. Tant que le cadre extérieur n'est pas visible, les pièces intérieures auront beaucoup de mal à se fixer clairement. En l'absence de cadre, l'intérieur est parfois flou.

En premier lieu, il est donc intéressant de fixer les grands espaces naturels de notre pays, de notre planète car ils conditionnent souvent les limites des territoires, les axes de communication ... Ce n'est qu'après ces premières fondations que l'on pourra parler des choses plus proches de notre quotidien : lieux où j'habite, se loger, travailler, se cultiver, consommer ... 


Google Earth©
Ainsi, la toute première séance de géographie consistera à naviguer plus ou moins aléatoirement sur Google Earth©. Quelle magnifique introduction quand on lance l'application : la planète Terre apparaît et nous plongeons petit à petit jusqu'à notre salle de classe. Nous refaisons alors ce déplacement plus lentement : 

  • Observer d'abord la planète, les océans, les continents.
  • Où habitons-nous ? Rapprochons-nous un peu de l'Europe ... "Ho ! Ici on voit l'Afrique maître !"
  • puis de la France. Observons brièvement les contours de notre pays. Comment pouvons-nous marquer les limites de notre pays ? Montagnes, océans, mers, ...
  • En se rapprochant encore, on rentre dans la région, mais certains connaissent peut-être également d'autres régions ...
  • En se rapprochant, voici notre département, le chef-lieu de notre département ainsi que notre commune.
  • Tiens, voici notre quartier. Je reconnais des rues, des bâtiments, notre école ...

Et si nous voyagions ? Toujours sur Google Earth©, ...
  • on demande à des élèves où ils ont déjà voyagé, ou les pays d'origines de leurs parents.
  • Et si on allait chercher la tour Eiffel ?


Ces allées et venues nous feront traverser montagnes et océans, utiliser beaucoup de vocabulaire géographique. Le travail alimentera de façon très ludique au moins une grosse séance et sera bien plus riche que toute séance cadrée sur un thème précis.


Montagnes et fleuves
De la même manière, on peut très bien observer un cours d'eau (peu importe sa taille) et en parler en classe. La grande question que se posent les élèves, c'est "d'où vient cette eau ?"

C'est pourquoi, avant de travailler sur les fleuves, on doit parler des montagnes. Mais au juste ... "d'où viennent les montagnes ?" Pour des CM1, on débutera ainsi notre travail par l'étude des reliefs et leurs origines. Ces différents questionnements alimenteront ainsi la première période de l'année (ou un peu plus). Ce n'est qu'après avoir planté ce décor que nous rentreront dans des considérations plus locales.

Nous abuserons de Google Earth© dès que nous nous poserons des questions géographiques. On ne fait pas de géographie si on n'aime pas voyager ...

Si cette séquence vous apparaît trop longue pour vos projets, il est aisé de picorer dedans et de ne tirer que les parties souhaitées.


Quelques éléments de la séquence 
Sphère représentant notre planète. Nous avons recouvert le noyau visqueux par une croûte nous permettant de vivre dessus. On s'aperçoit qu'il y a plusieurs plaques pour arriver à la recouvrir :


Ces plaques bougent et peuvent créer des montagnes quand elles s'entrechoquent :


On ne peut arriver à retracer le chemin de l'eau que si l'on a placé les différents reliefs. En début de séquence, plusieurs élèves peuvent mettre la flèche (du fleuve) dans le mauvais sens : "l'eau rentre par l'embouchure et va jusqu'au centre". L'étude des reliefs permet à l'élève de formuler des hypothèses, de justifier, vérifier : 



Travail sur la lecture de paysages ...



Mais aussi des classements, des interprétations de cartes ...



Prolongements 
Il est aisé de lier cette séquence à l'étude des volcans et des séismes en sciences. On pourra également travailler sur le circuit de l'eau et sa préservation.



Ateliers autonomes
La météo

  • Une carte nationale avec les reliefs,
  • Des éléments réalisés par élèves représentant le soleil, les nuages, la pluie, les orages, la neige, les orages ... (ça fait faire un peu de géométrie). On plastifie et on met de la patafix à disposition.
  • Un petit texte d'une miss météo et hop le tour est joué. Les élèves acquièrent du vocabulaire géographique, identifient des lieux en plaçant les étiquettes sur la carte.



Il est également possible de le faire avec des cartes locales, continentales ... Plus tard dans l'année, les élèves peuvent également présenter la météo du jour en France. Ils placent les éléments sur la carte grâce à des modèles proposés par le maître (ou qu'ils ont réalisés eux-mêmes). Ils doivent alors recourir à du vocabulaire étudié et avoir un esprit de synthèse (car on ne va pas présenter toutes les communes mais dire par exemple qu'au sud de la Garonne, c'est grand soleil).

Téléchargement



Les drapeaux européens
  • Une carte d'Europe (de préférence celle des reliefs sur laquelle on s'est amusé à rajouter les frontières des pays européens au feutre indélébile).
  • Des étiquettes drapeau que l'on peut scratcher sur la carte (scratch à coller avec de la colle forte sur la carte sinon ils se défont à force de scratcher et arracher les étiquettes).
  • On dissocie cette partie drapeau du nom du pays et sa capitale. Ainsi on peut mettre une progression dans la difficulté : d'abord un nombre restreint de drapeaux avec le nom du pays attaché, puis en dissociant chaque partie, enfin en rajoutant de plus en plus de pays.

Photo à venir


Les élèves adorent les drapeaux. Cet atelier les attire et les fait rentrer dans la géographie en s'amusant.

Téléchargement



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire